FAQ


FAQ


POURRIEZ-VOUS ME DONNER VOTRE AVIS ?

Il y en a régulièrement, comme ça, qui vous sortent de votre retraite bien méritée ! "Je m'adresse à vous parce que ci... parce que ça...", débordant de politesse respectueuse, dégoulinant de respect poli, comme si vous étiez le vétéran couvert de médailles porteur de l'étendard effiloché des paléochouetteurs ! On vous sait intègre et digne de confiance. Vous êtes une figure historique, vous dit-on, et vous n'avez jamais trahi. C'est pourquoi l'on vous fait l'honneur de vous confier LES solutions de la Chasse, les seules solutions véritables, logiques, vérifiables et vérifiées, des solutions à ce point maxiennes et madits-compatibles que si elles mènent à un trou vide, c'est incompréhensible. On en a forcément déjà retiré la contremarque ! Cela ne vous engage à rien. On vous demande simplement votre avis... et plus si affinités ! N'hésitez surtout pas à dire ce qui pourrait d'aventure clocher. On est prêt à tout entendre. C'est la loi du genre. Il faut savoir se remettre en question, chose que font rarement les autres... Sans doute est-ce d'ailleurs pour cela qu'ils n'ont pas encore déterré la Chouette, eux !
On a bien contacté Monglane mais... il n'a pas répondu. Alors...

Alors... gentiment, vous expliquez que, sans vouloir froisser quiconque, ce n'est pas la première fois – ni sans doute la dernière – qu'on vous fait cet honneur, qu'à chaque fois on vous a expliqué que les solutions qu'on vous soumettait étaient les bonnes, sûres à cent pour cent, qu'elles menaient toutes à des zones différentes et toutes... à un trou vide ! Vous expliquez aussi, comme les fois précédentes, que par principe – et pour garder toute indépendance – vous ne souhaitez pas vous associer à quiconque dans cette chasse-là, sauf temporairement sur des travaux ponctuels (comme la spirale K&M, par exemple). Vous expliquez enfin que – et c'est là votre erreur – comme à chaque fois, l'aspect intellectuel que revêt un ensemble de nouvelles solutions vous intéresse et qu'il vous sera agréable de les lire, sachant que même dans l'hypothèse où vous les trouveriez cohérentes – avec votre propre logique – ce n'est pas pour autant qu'elles s'en trouveraient validées de quelque façon que ce soit c'est-à-dire conformes à la logique de Max. On vous dit alors qu'on entend bien, que l'on comprend votre volonté d'indépendance et que si d'aventure vous changiez d'avis... L'approche est toujours la même, suintante de courtoisie. L'issue aussi est toujours la même !

On vous explique pour la millième fois que la B donne l'ordre et que la 530 donne Bourges, même si déjà on sous-entend que l'Ouverture n'est pas Bourges. Ça se saurait si c'était le cas et la Chouette aurait été déterrée depuis fort longtemps ! C'est alors que vous commencez à sentir que vous allez ramer ! Mais pour ne pas refroidir dès maintenant les ardeurs de votre interlocuteur, vous répondez évasivement par un "Peut-être". La 780 nous dirige vers le sud et nous donne la valeur de la mesure soit trente trois centimètres, circonférence de la boussole du visuel. Ébloui par tant de génie, vous répondez d'un vague "OK". Lorsqu'on vous explique par une pirouette que l'Ouverture n'est pas Bourges mais un autre point de la carte et que l'on vous présente cela comme une évidence, vous vous devez de répondre poliment que là, vous êtes déjà plus réservé ! Vous avez terriblement envie de dégainer quelques madits mais vous savez que c'est à ce moment-là qu'ils craquent tous. Aussi vous vous abstenez ! "Possible en effet", "Bonne idée", "Certes", "Admettons" sont les seuls avis que l'on attend de vous. Vous le savez. Il vous faut vous résoudre à ne répondre qu'ainsi. Le discours semble d'ailleurs parfaitement convenir puisqu'on vous sollicite encore pour une association. Cela ne durera pas !

Les choses se gâtent dès lors que sont prononcés les mots spirale et sentinelles. Le satané secret de cette chasse semble résider dans ces deux mots en S. On en parle à voix basse, avec précaution. Mais l'émotion de votre interlocuteur lui fait oublier les évidences. Aussi vous vous fendez de quelques madits concernant les quatre centres de la spirale ou la carte sur laquelle figurent les sentinelles. C'est bien la moindre des choses. Et patatra ! Soudain s'abattent sur vous les foudres de Jupiter ! Tout le monde sait que les madits sont hautement interprétables et dans ce cas ils ne peuvent en aucun cas remettre en question une si jolie piste. MA piste. Le trou vide non plus !

À votre grande surprise, vous restez calme ! Quelques années plus tôt, vous seriez sorti de vos gonds et auriez probablement proféré quelques grossièretés. Mais là non ! Vous expliquez avec sérénité qu'on vous a demandé votre avis et que vous ne faites que modestement le donner. Lorsque vous n'êtes pas d'accord, eh bien vous le dites. C'est aussi simple que ça. Du coup on vous sort quantité de madits pour prouver que la piste est la bonne... Ce qui naguère était hautement interprétable est devenu parole d'évangile ! La logique s'étiole. La politesse s'effrite. Le respect s'évapore. On s'égare dans des considérations mettant en cause l'honnêteté de l'auteur du jeu. Peut-être même y a-t-il complot puisque ses amis – sollicités également – ne reconnaissent pas la piste décrite comme la seule pouvant mener à la Chouette ! D'ailleurs c'est aussi votre cas ; ami de Max, vous refusez de reconnaître la Vérité. C'est bien la preuve ! Vous continuez néanmoins à démonter tranquillement la sublime piste que l'on vous a proposé d'examiner et à démentir les curieux portraits faits des uns et des autres... Mais l'on insiste lourdement, tirant de tout côté. À chaque fois c'est pareil. Max, Becker, Monglane... tout le monde y passe !

On avoue être déçu par vos réponses et, comme au cours d'un débat électoral, on vous taxe de mauvaise foi flagrante de peur d'être accusé soi-même et à juste titre de cette tare. Soudain vous n'êtes plus le chercheur intègre et digne de confiance, la figure historique qu'on voyait en vous (ce dont vous vous tamponniez royalement !) Vous êtes devenu, ô insulte suprême, un des amis de Max ! Vous ne vous départez pas pour autant de votre calme (décidément, il ne fait pas bon vieillir !) Vous expliquez que vous auriez pu, dès le premier jour, écrire le dernier message que vous avez reçu de votre solliciteur puisqu'il est en tout point semblable à ceux émis par les autres, ceux-là mêmes qui, comme vous l'avez déjà dit, vous avaient fait l'honneur de vous confier leurs solutions, tous absolument certains de détenir la bonne solution. C'était sûr ! Obligatoire ! La raison officielle de leur démarche : vous demander votre avis sur leurs solutions. Leur raison secrète : obtenir de vous une confirmation de leurs pistes dont ils se font une haute idée ! Mais pour qui vous prendriez-vous si vous prétendiez pouvoir confirmer quoi que ce soit ? Vous n'êtes qu'un chouetteur comme les autres. N'est-ce pas ce qu'en définitive on vient de vous rappeler alors que vous ne l'aviez pas oublié ni prétendu quoi que ce soit d'autre ? Le fait d'être ce que certains appellent un ancien ne vous confère évidemment aucune autorité particulière. Les années et très nombreux échanges n'ont fait que vous apprendre ce qu'est sans doute le véritable esprit de la Chasse et vous ont aidé à mémoriser un grand nombre d'informations permettant, peut-être, d'écarter pas mal de fausses pistes. Rien de plus !

Vous confiez à votre interlocuteur que c'est précisément là qu'il rejoint tous ses prédécesseurs, en inversant l'analyse de la situation et en faisant preuve lui-même d'une mauvaise foi éhontée. Vous reconnaissez pourtant qu'il est bien difficile de se remettre en question et probablement encore plus difficile de remettre en question un très long travail de recherche, de construction. Celui qui menace l'équilibre de l'édifice en en retirant les pierres friables est perçu comme un destructeur. C'est bien normal. Du moins c'est humain. La réaction de votre interlocuteur ne vous étonne pas le moins du monde. Elle était non seulement prévisible mais aussi prévue. Et c'est sans doute ce dernier point qui lui plait le moins ! La vexation aidant, il en vient vite à des propos creux et incohérents, refusant de comprendre ce que Monsieur de La Palisse aurait formulé de façon plus brillante : "Il ne fait aucun doute que si vos hypothèses vous mènent à un trou vide, c'est qu'elles ne vous mènent pas à la Chouette" !

Pour lui c'est entendu : vous préférez suivre votre propre piste alors que vous avez probablement sous les yeux une piste bien meilleure, la sienne ! Il trouve tout de même curieuse, très curieuse, votre volonté de continuer à chercher en vain !... à sa mauvaise foi s'ajoute le manque d'humilité. Quelle prétention ! Quelle bêtise ! Sans doute est-ce là exactement opposé à l'esprit que Max a souhaité donner à sa Chasse. Mais l'autre, le type à l'ego surdimensionné, ne le sait pas. Puisqu'il en est ainsi, "le forum jugera" dit-il. Jugera quoi ? Il se garde bien de préciser. Sans doute croit-il être détenteur de LA Vérité qu'il souhaite révéler (apokalupsis) au Monde des Chouetteurs, assemblée qui le reconnaîtra enfin comme le seul capable de rivaliser avec le génie du Maître ! Mieux, apte, en véritable émule, à dépasser le Maître contre lequel il profère des accusations assassines. Ainsi restera-t-il le seul !

La démarche était osée, risquée, inconsciente.
Le forum a jugé. Avec sévérité. C'est le propre des jugements collectifs. Particulièrement en un lieu fourmillant de prétentieux.
Il fut condamné à la lapidation.

(21/06/2012)

La réponse à cette FAQ est donc : NON !

JE NE DONNE PLUS D'AVIS SUR LES PISTES DES UNS ET DES AUTRES,
NOUVEAUX COMME ANCIENS,
ANCIENS COMME NOUVEAUX,
LEUR RÉACTION ÉTANT TRISTEMENT LA MÊME,
RIDICULE,
LORSQUE L'INCOHÉRENCE EST SOULIGNÉE !

JE NE RÉPONDS DONC PLUS À CE GENRE DE DEMANDES !


Haut de page