LE TRÉSOR DE LORRIS


LE TRÉSOR DE LORRIS

Dimanche 10 novembre 2002 vers 14h00, le Trésor de Lorris a été découvert par Skippy et Graoully en foret domaniale d'Orléans dans le massif de Lorris (entre Montargis et Orléans).

Je vous rappelle les 7 énigmes telles qu'elles sont parues dans un livret, distribué le 27 juillet 2002, lors d'un spectacle son et lumière et disponible depuis auprès de l'OTSI de Lorris.

Suivent des extraits du règlement et des indications complémentaires.

Ensuite vous découvrirez une ultime énigme permettant de localiser la contremarque, énigme parue dans la presse locale vers la mi-septembre 2002, puis enfin les solutions.

Cette chasse au trésor, organisée par le Comité des Fêtes de Lorris, avec le concours de la Mairie de Lorris, parrainée par Mr Bricolage à Lorris et par Intermarché à Lorris, était dotée d'un prix d'une valeur de 4500 euros sous la forme d'un coffret de bijoux.


1

2

3

4

5

6

7

Extraits du règlement

Article 3. L'objet à découvrir est caché dans un lieu public légalement accessible à n'importe quel promeneur. Il est enterré à faible profondeur, de 20 à 25 centimètres. Afin d'éviter des dégradations qui pourraient justifier des poursuites contre leurs auteurs, il est expressément précisé que l'objet à découvrir n'est pas métallique, et qu'il est inutile d'aller creuser au hasard car la solution donne clairement l'endroit de la cache. Les organisateurs déclinent toute responsabilité si les précédentes indications n'étaient pas respectées.

Article 4. Pour recevoir son prix, le découvreur devra remettre l'objet trouvé aux organisateurs qui effectueront des vérifications pour s'assurer de son authenticité. Il pourra être demandé au découvreur de communiquer le détail de ses solutions. Ces vérifications étant effectuées, le prix sera remis officiellement au gagnant au cours d'une cérémonie.

Article 6. Outre le document disponible à l'entrée du spectacle, le joueur aura besoin d'indices qui se trouveront sur les lieux du spectacle. Une dernière énigme sera publiée dans la presse locale début Septembre 2002. Le joueur aura également besoin de se documenter en visitant la ville de Lorris. Les organisateurs ne connaissant pas les solutions des énigmes ne pourront répondre à aucune demande concernant celles-ci.

Article 7. Le règlement complet de ce jeu organisé par le Comité des Fêtes de Lorris a été déposé chez Maître Sellier, huissier à Montargis. Il est consultable auprès du Comité des Fêtes de Lorris...

Indications complémentaires

L'oeil de l'énigme 3 signifie " à voir dans le spectacle ".
On ne peut trouver le trésor avant d'avoir résolu l'ultime énigme.
L'objet à trouver ne contient pas de métal : un détecteur est inutile.
L'indice dans le spectacle peut être retrouvé d'une autre façon.

ULTIME ÉNIGME


Les Solutions du
Trésor de Lorris

L'essentiel de la solution
du Trésor de Lorris

On trouve sur la première page, dans un carré magique, un certain nombre de symboles qui avaient leurs correspondants dans les autres énigmes (exemples : soleil et lune, ruche et abeille, serrure et clef, etc).

Dans les énigmes à l'intérieur du livret, on retrouvait en général deux symboles, l'un qui indiquait le texte à utiliser pour décoder l'énigme, l'autre, dans un carré, renvoyait au carré magique.

Le lieu de la cache était donné par trois fragments du Roman de la Rose où manquaient certains mots. Ces fragments étaient codés dans l'ultime énigme. On les décodait avec les bonnes solutions des énigmes précédentes, et notamment avec celle du carré magique. Les mots manquants donnaient : Fontaine des Vingt Chênes.

A cet endroit, situé dans la forêt d'Orléans, on trouvait le trésor en appliquant la solution de l'énigme Pi, soit : Au bout du fil vers le midi. La longueur de ce fil était la distance entre deux piliers de la halle de Lorris, qu'il fallait trouver dans une autre énigme.

Introduction

Les énigmes étaient non seulement mélangées, mais certaines étaient imbriquées les unes dans les autres et il fallait revenir en arrière par moment, comme nous allons le voir. Pour bien comprendre les solutions, celles-ci sont présentées selon le plan suivant:
I. Les énigmes à résoudre en premier.
II. Le carré magique de la page 1.
III. L'ultime énigme.
IV. Le détail des solutions des autres énigmes.

Les énigmes à résoudre en premier.

Les énigmes étaient à regrouper selon les symboles qui se répétaient de l'une à l'autre.

Page 2 : Une carte en main. Cette énigme se termine par un blason. Or une autre énigme commence par un blason. En outre, le blason de Lorris se retrouve, découpé en trois parties, dans les pages 2, 4 et 6. L'énigme du bas de la page 4, qui porte un blason en titre, dit : "Quand tu le trouveras...". Il faut donc trouver un blason. Revenons à l'énigme "Une carte en main". Le dessin représente le plan du quartier de l'église ND de Lorris, détourné en forme de main. "Au point du jour" signifie "à l'est", selon le lever du soleil (d'ailleurs le point est représenté). A cet endroit, si je suis l'enfant du pays (du verbe suivre), j'emprunte la rue Guillaume de Lorris. Si je choisis la bonne direction, parmi les deux possibles, j'arrive à l'extrémité de la rue non loin d'un blason, scellé dans une traverse entre deux maisons. Ce blason représente les Quatre Fils Aymon, montés sur leur cheval Bayard. Le blason de Lorris donnait, une fois reconstitué "la deuxième lettre du nom du cheval", soit la lettre A, que l'on attribuera au symbole encadré "feu de bois", on retrouvera ce symbole plus tard.

L'énigme du bas de la page 4, intitulée d'un blason, disait ensuite : "Fais deux cent pas dans le sens où il va". Il fallait suivre la rue dans la direction du cheval et on arrivait devant la mairie, derrière laquelle, c'est-à-dire à l'ouest, on trouvait sur un mur une plaque commémorative du millénaire capétien. Cette plaque comporte cent signes (en comptant les lettres, les chiffres et un tiret). A la fin de cette énigme du bas de la page 4 figure le symbole d'une fleur, qui désignera le texte de cette plaque.

Revenons au bas de la page 2, où un manuscrit commence par une fleur. Ceci signifie qu'il fallait remplacer les nombres qui suivent cette fleur par le signe correspondant sur la plaque, ce qui donnait : "16 - 1 lignes dans ND "C I grec..." soit "15 lignes dans Notre Dame "Cy..."
On devait trouver dans ND de Lorris (ND était déjà indiqué sur le plan de l'église, entre les mains) une plaque commençant par "Cy" et comportant 15 lignes. Cette énigme se terminant par un coeur, on utilisera le texte de cette plaque pour décoder une énigme commençant par un coeur (dans les ferrures de la page 5).

Le carré magique de la première page.

A ce stade, on remarque qu'un symbole placé au début d'un texte (et non pas en titre) sert à décoder ce texte. Qu'un symbole placé à la fin d'un texte indique qu'il faudra réutiliser la solution de cette énigme pour en décoder une autre qui reprendrait ce symbole. En outre, un texte dans un manuscrit porte comme titre un symbole représentant ce texte même. Ce texte sera à utiliser quand le symbole de celui-ci sera cité au début du texte d'une autre énigme. Toutes ces explications prennent beaucoup de place et sont certainement inutiles, tant ce procédé d'association est en fait intuitif.

Certains symboles de fin d'énigme sont encadrés. Ceci fait référence à la page 1 où figure un manuscrit représentant 16 cases contenant chacune un symbole. Ces symboles s'apparient avec les symboles encadrés disséminés dans les énigmes. Ainsi sur la page 1, il fallait associer chacun des symboles avec leur correspondant encadré, et avec ce que dernier signifiait. Nous avons donc :
- Bélier - associé avec le symbole de Mars (à cause de l'astrologie) donnant
selon le décodage le mot "ordre".
- Manuscrit - plume - "Tu".
- Lyre (instrument de musique) avec le cor de la page 5 donnait "Si".
- Soleil - Lune - "L"
- Serrure - Clef - "Fini" (on décodait avec la plaque "Cy" de l'église. Le premier chiffre avant les deux points donnait la ligne, le second chiffre après les deux points donnait la lettre dans la ligne)
- Et ainsi de suite (nous reverrons le détail plus loin).

Le carré de la page 1 contenait donc après décodage, de gauche à droite et de haut en bas le texte brut suivant :
ORDRE - TU - SI - L
FINI - LA - NEOS - ALORS
CECI - TU - LIS - E
AS - M - A - BRAVO GENIAL EXCELLENT
Il fallait remettre tous ces éléments dans un certain ordre pour obtenir une phrase précise (et pas une autre qui aurait pu avoir également un sens). Voici comment il fallait retrouver l'ordre :

En dehors du carré, le manuscrit de la page 1 comportait devant la première case le dessin d'une cloche, indice indiquant qu'il fallait se servir d'une cloche pour décoder. Or on retrouve cette cloche à la fin de la première énigme de la page 6, qui parle de Samothès. Dans cette énigme, en prenant la première lettre de chaque mot, on obtenait :
SOUS CLOCHE MELANCOLIE DURER.
Le dessin de la cloche, à la fin de cette énigme, est extrait de la célèbre gravure "La Mélancolie" de Dürer. Dans cette gravure, figure sous la cloche un carré magique qui contient les nombres suivants :
16 - 3 - 2 - 13
5 - 10 - 11 - 8
9 - 6 - 7 - 12
4 - 15 - 14 - 1

En appliquant ces nombres au carré de la page 1, on obtenait l'ordre de lecture des éléments mots et lettres que l'on vient d'y placer comme expliqué plus haut, soit la phrase suivante :
"Bravo génial excellent si tu as fini tu lis alors ceci : l'âne ose la mordre."
Il fallait alors s'interroger, en attendant l'ultime énigme, sur la signification de cette expression bizarre "l'âne ose la mordre". Il s'agit de l'anagramme du titre de la célèbre oeuvre de Guillaume de Lorris "Le roman de la rose".

L'ultime énigme.

Les deux symboles, fleur et triangle, indiquaient dans quel texte source il fallait relever les lettres dont le rang est indiqué par les nombres, soit, pour la fleur, la plaque du millénaire capétien, et pour le triangle, le texte entièrement décodé du carré magique (qui est surmonté d'un triangle).

On obtenait alors :

I
J'arrivai enfin dans un bosquet où je trouvai une ombragée
II
Avec ces arcs dou regard tenait des flèches de son maître
III
Fouteaux frênes érables trembles et coudriers.

Ces fragments de texte sont extraits du Roman de la Rose, de la partie de celui-ci qui a été écrite par Guillaume de Lorris. Ils sont au tout début, dans les chapitres 1 et 2 (pages 40, 32 et 39 de l'édition Folio Classique).

Quand on retrouve dans le livre ces fragments, on remarque que dans l'énigme décodée manquent certains éléments. Ainsi le texte exact du livre étant :

"J'arrivai enfin dans un bosquet où je trouvai une FONTAINE ombragée...
Avec ses DEUX arcs douX regard tenait DIX des flèches de son maître.
Fouteaux, CHENES, frênes, érables et coudriers."

Il fallait retenir :
FONTAINE DEUX X DIX CHENES.
Pour donner un peu de sens à cette expression, il fallait remplacer
DEUX X DIX par VINGT (deux multiplié par dix).
On obtenait alors : Fontaine (des) Vingt Chênes.

Ce lieu était à retrouver sur la carte. Cette fontaine se trouve dans la forêt d'Orléans, à environ 8 kilomètres à l'ouest de Lorris, au bout de la route forestière de Ste Croix, qui coupe la route Chatenoy - Sully-sur-Loire.

L'énigme ultime contenait un 4ème paragraphe qui consistait en deux dessins
Le premier, un flambeau, se retrouve à la fin de l'énigme Pi, page 7. Il fallait remplacer ce symbole par la solution de l'énigme Pi, soit par la phrase :

"Au bout du fil vers le midi."

A la fontaine des vingt chênes, il fallait donc tendre un fil en direction du sud, en prenant comme point de départ le centre du couvercle circulaire de la fontaine, ainsi que le suggérait le dessin placé à côté du flambeau dans l'ultime énigme.

Mais quelle est la longueur de ce fil ?

Il fallait la trouver en décodant la première énigme de la page 3 intitulée "Le fil de l'épée", où il était dit : "il faut considérer la grandeur de ce qui le soutient" (à propos du linge suspendu), donc la grandeur du fil.
Dans le spectacle, sous la halle, se trouvait réellement ce drap suspendu, avec de plus une épée fixée sur l'un des deux poteaux représentés sur le dessin. Pour ceux qui n'avaient pas vu le spectacle, il fallait retrouver la halle de Lorris grâce au dessin des poteaux (le dessin reprenait des détails particuliers permettant d'identifier les poteaux en question.) Il fallait alors mesurer la distance entre ces deux poteaux, ou faire des marques sur une ficelle.

A la fontaine des vingt chênes, en creusant au bout de cette ficelle tendue vers le sud (en partant du couvercle circulaire), on trouvait à environ 20 cm de profondeur, la boite contenant le document authentifiant la découverte.

Détail des solutions des autres énigmes

Page 3 : Manuscrit avec sablier.

Il fallait se reporter au texte du manuscrit de la page 7 qui portait un sablier en entête. Chaque groupe de trois chiffres devait être remplacé par une lettre, en procédant ainsi :
- Premier chiffre : numéro du vers (du texte de la page 7)
- Deuxième chiffre : numéro du mot dans le vers.
- Troisième chiffre : numéro de la lettre dans le mot.
On obtenait alors :"bravo génial excellent" qui, représenté par le symbole du verre de vin, était à placer dans la case "raisin" du carré de la première page.

Page 3 (bas de page).

Les lettres E, L et M étaient à reporter simplement dans les cases "ruche" (à cause de l'abeille), "soleil" (à cause de la lune), et "taureau" (à cause du symbole de Vénus, associée au Taureau en astrologie).

Page 4 : L'aigle qui pêche au Ravoir.

Cette énigme ne pouvait se décoder entièrement qu'après avoir résolu celle du sablier de la page 7 qui parle "d'heptagramme de sable" (voir plus loin), autrement dit d'une étoile noire à sept branches qui figure dans l'église ND de Lorris.
A l'étang du Ravoir, dans la forêt d'Orléans à 9 kilomètres de Lorris, a été réintroduit le Balbuzard ou "aigle pêcheur" selon un dépliant distribué à l'Office de Tourisme de Lorris.
Il fallait donc trouver d'abord la septième lettre du mot balbuzard en commençant par la fin du mot, soit L, et la septième en commençant par le début, soit A. On devait ensuite reporter le mot LA (symbolisé par la couronne) dans la case contenant une tête, dans le carré de la page 1.

Page 7 : Enigme du sablier.

Un pentagramme étant une étoile à cinq branches, un heptagramme sera une étoile à sept branches, du préfixe grec hepta qui veut dire sept.
"De sable" : signifie de couleur noire, en héraldique.
"La maison du coeur" : représente l'église, car on y a déjà trouvé la plaque qui était symbolisée dans les énigmes précédentes par un coeur.

Il fallait donc trouver dans l'église une étoile noire à sept branches. Celle-ci était inscrite dans un blason carré au dessus d'une plaque où est gravé un texte en gothique. Le "dernier mot" du texte de cette plaque est "leurre" qui signifie, dans l'orthographe de l'époque, l'heure.
"La maison des neuf soeurs" signifie "musée (les neuf soeurs est une expression qui désigne les neuf muses). Le musée de l'heure renvoyait donc à l'Eco-Musée Georges Lemoine, situé au numéro 4 de la rue des Marchés, c'est ce numéro qu'il fallait trouver. Le premier mot du 4ème vers était "ceci", qu'il fallait mettre dans la case du nuage sur la première page, à cause de l'éclair qui terminait l'énigme.

Page 7 : Enigme Pi.

Cette énigme commence par la célèbre phrase mnémotechnique qui permet de retenir les premiers chiffres du nombre Pi, soit 31415926535, en comptant le nombre de lettres de chaque mot, soit QUE=3, J=1, AIME=4, etc.
Mais comme cette phrase était soulignée de façon inhabituelle, il fallait s'intéresser à ce qu'on pouvait obtenir en réunissant sous forme de nombres les chiffres dont les mots correspondants étaient réunis par le soulignement, ce qui donnait la série de sept nombres :
3,14,15,9,26,5,35.
Or, dans le texte situé en dessous, dont le manque de sens utile devait faire penser à l'intérêt de sa forme, on remarque qu'il y a 35 mots, sous la forme inesthétique de 5 lignes de 7 mots. En relevant les mots donnés par les sept nombres 3,14,15,9,26,5,35 on obtenait :
AU BOUT DU FIL VERS LE MIDI.

Page 5 : Enigme des ferrures.

Cette énigme permettait de compléter le carré de la page 1, avec le principe déjà expliqué d'un symbole indiquant un texte source, d'une série de nombres représentants les lettres à relever dans ce texte source, et d'un symbole représentant par association la case où devait être placé le résultat.

Horizontalement, puis verticalement, voici les solutions qui étaient à décoder

Symbole de texte source : le coeur (désigne la plaque "Cy" dans l'église). Les nombres (numéro de ligne et numéro de lettre séparé par deux points) donnent le mot FINI, à placer dans la case "serrure" de la page 1, puisque la ferrure se termine par le symbole encadré de la clef.

Fleur (de la plaque du millénaire capétien) donne ORDRE à mettre dans la case "bélier", à cause du symbole de Mars.

Aigle (comme ce symbole est placé en titre du texte de l'énigme de la page 4 il s'agit de prendre le texte propre de cette énigme) donne ALORS à mettre dans la case des "gémeaux", à cause du symbole de Mercure.

Blason (prendre le texte de l'énigme surmontée d'un blason, soit "quand tu le trouveras...") donne TU à mettre dans chacune des deux cases de la page 1 représentant un manuscrit, à cause du symbole de la plume.

Point (fait référence au texte de l'énigme "une carte en main". Il fallait commencer le comptage des lettres au dessous du trait. Les lettres à trouver étaient marquées d'un point) donne SI, à placer dans la case "lyre", à cause du cor, autre instrument de musique.

Fleur, donne AS à mettre dans la case de la clef de sol, à cause de la note de musique.

Au bas de cette page 5 :

Cloche (il fallait prendre le résultat de l'énigme Samothès puisque la cloche figure à la fin de cette énigme, soit le texte "sous cloche mélancolie durer") donne NEOS, à placer dans la case "gerbe de blé" à cause du symbole "pain".

Flambeau (même remarque que ci-dessus, prendre le résultat de l'énigme Pi) donne LIS à placer dans la case de l'enclume à cause du marteau.

Conclusion

Bien sûr, ces énigmes étaient difficiles à résoudre, mais elles furent d'abord difficiles à concevoir. Si vous avez senti souffler le vent de l'aventure qui transportait le parfum du mystère, vous avez gagné le vrai Trésor de Lorris.


Graoully expliquait :

"La contremarque se trouvait à 3,14 mètres en direction du Sud de la fontaine des vingt chênes .

Le parchemin plastifié se trouvait dans un tube en plastique de couleur grise , le tout contenu dans une boite rectangulaire en bois .

Sur ce parchemin , on pouvait lire :

"LE TRESOR DE LORRIS"
"appartiendra au porteur du présent document portant le numéro 4......9"
"s'il peut prouver qu'il l'a bien cherché en répondant aux questions qui lui seront posées lors de la cérémonie prévue dans le règlement par les organisateurs du jeu ."

"Authentification par les auteurs 4......1"

On avait découvert cette chasse par hasard sur le forum de la chouette ( http://www.lachouette.net/ ) suite à un message de Patrice.

Cette chasse était « locale » car pour résoudre les énigmes il fallait se déplacer afin de trouver des éléments dans la ville de Lorris ( église , cheval des 4 fils Aymon , plaque commémorative du millénaire Capétien ).

On avait tout résolu mais on bloquait sur un anagramme de 15 lettres L’ANE OSE LA MORDRE (qui a dit que c’était de la divination de trouver des anagrammes de plus de 13 lettres (:o)))
Il a fallu un débarquement sur zone ce week-end de Gédéon , Agathon et Graoully pour arriver à trouver les derniers éléments qui nous manquait dans le roman de Guillaume de Lorris « Le roman de la Rose » .

Le cercle de Cronos ( Agathon , Gédéon , Graoully , Pandoras , Sion )"

Bravo au Cercle de Cronos !

Haut de page